Ils ont choisi de vivre de confinement positivement !

Avec pour fil conducteur l'envie de prendre soin des autres, Manon découvre le plaisir de donner du massage dans le cadre de son travail, un peu par hasard... Ayant débuté l'apprentissage il y a peu de temps, elle profite activement du confinement pour avancer, à son rythme, dans la matière, tout en préparant l'arrivée de son premier bébé. Elle pense débuter prochainement, à titre complémentaire. En lire plus

Après une formation en groupe, Caroline décide de continuer son cursus avec l'apprentissage à distance, permettant à cette jeune maman d'apprendre à son rythme, et celui de ses enfants, sans devoir se déplacer vers l'école, plutôt éloignée de son domicile.

Indépendante depuis quelques années, elle a décidé d'enrichir sa gamme pendant le confinement. En lire plus

Une année compliquée, décide Marion à s'échapper le temps d'un road-trip dans l'ouest américain. Son voyage lui permet d'ouvrir les yeux, et la décide à se prendre en main !


Quelques formations plus tard, elle installe chez elle, un pièce cocon, conceptualisée pour le bien-être, autant dans le look, que dans le temps qu'elle consacre à chaque personne.


Elle décide d'offrir aux autres ce qu'elle n'avait pu trouver pour elle...


Désireuse de satisfaire sa clientèle, elle compte poursuivre l'intégration de nouvelles techniques, plus spécifiques, comme le massage pour la personne souffrant de Fibomyalgie, de Burn-out, de dépression, ...

En lire plus

Fabienne avait l'envie d'ajouter à sa vie une activité agréable, en parallèle à son métier plus intellectuel.


Elle entreprend une formation complète, et ouvre son cabinet il y a deux ans.

Elle tire aujourd'hui un bilan très positif, rassurée sur ses inquiétudes du départ.


Découvrez l'univers de Fabienne en images

ou en lire plus sur son parcours

"Honorer ses rêves et suivre son coeur"

est la devise d'Henriette.


Sa vie a été rythmée par différents choix,

dans son parcours professionnel, qui l'ont finalement amenée à ce qu'elle est aujourd'hui.


Elle profite du confinement pour améliorer

son activité professionnelle.

En lire plus

Claude-Alain a 42 ans et est originaire de Suisse. Après avoir accumulé une belle expérience dans le domaine de l’accompagnement des personnes handicapées, des personnes âgées ou des jeunes en difficulté, le destin avait d'autres projets pour lui.


Suite à une période de chômage, il a eu l’opportunité de se former et de travailler dans le monde informatique, ou il exerce depuis 23 ans.


Pour finalement se faire rattraper par sa passion première... tout ce qui touche au social et aux soins.


En lire plus

Elisabeth adore "masser, toucher" depuis toute petite.


Soucieuse du bien-être des autres, elle décide de se lancer dans le massage.


Elle crée une carte de massage à son image, en sélectionnant les techniques qui l'intéressent et permettent de diversifier son approche aux clients.


Elle profite du confinement pour personnaliser les massages qu'elle maitrise, et arranger son local de massage afin d'y apporter encore plus de confort.


Son fil conducteur étant le bien-être

de ses clients.


En lire plus

Manon


Quel est votre parcours, pourquoi vous êtes-vous dirigée vers le massage ?

Mon fil conducteur a toujours été de vouloir prendre soins des autres. Je me suis dirigée vers des formations BEP, Bac Pro dans le service à la personne.

 

Je travaille actuellement auprès d’adultes sourd et aveugles avec pathologies associées.

 

L’essentiel de mon travail est de les accompagner au quotidien tant au niveau soins qu’au niveau éducatif ainsi que la socialisation.


Les bases de la communications sont la langue des signes mais aussi le 

toucher qui est primordiale auprès de personne déficiente visuelle. 

 

C’est à partir de ce moment-là que j’ai proposé un atelier esthétique (sans diplôme) aux résidents de mon service. Voyant leurs enthousiasmes et le bien-être que cela leur procurait et voyant surtout que cet atelier proposé m’intéressait et me plaisait je me suis mise à rêver de devenir masseuse professionnelle.

 

Vous-êtes vous lancée directement ?

Non, J’ai mis un temps avant de me lancer dans la formation, pensant ne pas en être capable, la difficulté de lâcher son travail pour une nouvelle formation…


Qu'est ce qui vous a décidé ?

En me renseignant, j’ai vu qu’il était possible de faire une formation de masseuse à distance et donc ainsi je pouvais garder mon travail actuel tout en me formant. 


Pourquoi choisir l'école du wellness ?

L’école Wellness m’a tout de suite plu, le contact, l’accueil, la rapidité des échanges avec les professionnels est de grande qualités. A la moindre hésitation, interrogation l’équipe est là pour y répondre sans aucun jugement. 


Comment se passe l'apprentissage ?

Mes débuts d’apprentissage ont été difficiles, j’ai eu un temps d’adaptations pour appréhender toutes les notions du corps humains, retenir chaque étapes de massage, mais ma formatrice a toujours été là pour me motiver, me corriger et me proposer des alternatives quand je bloquais.

Cela m’a permis d’avancer, de prendre confiance en moi, d’être plus fluide dans mes mouvements, d’avoir de meilleurs retours de mon modèle sur mes massages. Et au jours d’aujourd’hui je prends énormément de plaisir à effectuer les massages.

Comment abordez-vous cette période de confinement ?

Être en confinement peut s’avérer difficile, ne pas être libre de ses actes et mouvements, mais c’est un temps nécessaire pour pouvoir mettre fin à ce virus tous ensemble. Étant au début de mon troisième trimestre de grossesse je ne sors vraiment que pour les rendez-vous médicaux.

Être en confinement me permet de me recentrer sur qui est important pour moi, prendre du temps pour moi, ma famille, ma grossesse bien sûr, mais aussi de faire le point sur ma vie professionnelle.

 

Ce confinement me permet d’être à fond sur ma formation, mon compagnon étant mon principal modèle, il a le droit à des massages très régulièrement et semble ne pas s’en plaindre!


Vous avez débuté la formation il y a peu de temps, mais comment voyez vous la suite ?

je souhaiterais me lancer en tant que masseuse professionnelle même si cela me fait peur car devenir auto-entrepreneur du jour au lendemain ce n’est pas rien. 

 

Pour le moment je me dis que me mettre à mi-temps à mon travail actuel et à côté, proposer mes prestations à mon travail ainsi qu’aux habitants près de chez moi, à mon domicile dans un premier temps, puis par la suite, si cela plait et devient possible, avoir mon propre local serait parfait. 


A qui ou comment avez-vous envie de proposer vos services ?

Je vise un public large et je souhaiterais proposer une accessibilité aux personnes en situation de handicap.En proposant des massages ciblés selon la demande, avec des produits le plus biologique possible. Dans un environnement le plus simple chaleureux et naturel possible. 

Pour cela il faut que je continue l’apprentissage de mes massages mais pas seulement, que j’apprenne à gérer les budgets, me faire un nom dans ce milieu ... Tout cela va me prendre un certain temps mais je sais que je suis aidée et suivie par l’école. 

Marion

Quel a été votre déclic ?

L'année de mes 30 ans a été très compliquée, tant personnellement que professionnellement (je suis dans l'enseignement). J'ai alors effectué un roadtrip dans l'ouest américain qui m'a ouvert les yeux. Il fallait que je me reprenne en main.

 

Qu'avez-vous entrepris ?

J'ai effectué alors plusieurs formations dans le domaine de la beauté et du bien-être. Le massage est très rapidement devenu une

évidence pour moi. C'était simple, ça coulait de source. J'avais une pièce complètement indépendante, j'ai pris mes rouleaux, et mon espace Bien-Etre est né.

 

Quel est votre concept ?

Etant maman solo avec 2 jeunes enfants, travaillant en journée, je me suis rendu compte qu'il n'était pas si simple de prendre soin de soi. L'idée était donc de pouvoir offrir aux autres ce que je ne trouvais pas pour moi.


Comment avez vous débuté ?

J'ai commencé avec 5 ou 6 massages différents (californien, à la bougie, oriental, africain, crâne et visage), j'ai ouvert jusqu'à 22h la semaine, et crée un climat cocon : éclairage à la bougie, une jolie déco, choix de la playlist, de la boisson chaude après massage, et surtout, prendre le temps d'échanger avec la personne si elle en a envie après massage.


Etes-vous satisfaite ?

Oui, car de là est née une relation vraiment particulière avec mes clients. Ils me font confiance, je les sollicite d'ailleurs beaucoup sur mes projets ou mes envies futures. Avec eux, je teste, ils valident, ou pas.


Continuez-vous à évoluer ?

Il y a 2 ans, j'ai réussi à réduire mon temps de travail sur mon autre travail pour développer un peu plus mon activité. Je me forme assez régulièrement sur de nouveaux massages, j'aime apprendre. Les premiers massages ont beaucoup évolué d'ailleurs. C'est aussi ce qui est sympa dans ce métier, rien n'est figé ! J'apprécie d'ailleurs beaucoup les protocoles de votre école car ils se démarquent par rapport à ceux des écoles françaises.

 

Quels sont vos projets pour 2020 ?

J'en ai beaucoup ! Déjà, je compte me spécialiser davantage en proposant des massages qu'on ne trouve pas partout (fibromyalgie, burnout/dépressions, enfants aux besoins spécifiques).


Comment vous démarquez-vous ?

Je tente les concours, en participant aux Championnats d'Europe de massage qui se déroulera en septembre prochain, peut-être d'autres si l'ambiance me plait !


Que faites-vous pendant cette période de confinement ?

En attendant de pouvoir reprendre les massages avec ma clientèle, je suis bénévole, je couds des masques pour les professionnels qui en ont besoin. Quand la situation se sera "stabilisée", j'espère pouvoir entamer la formation du massage enfant (je suis confinée avec mes 2 loulous).


Comment voyez-vous le futur ?

J'aimerais voyager ! Recevoir un lomi-lomi à Tahiti, ou un ayurvédique en Inde, le rêve !

Et le top serait de pouvoir travailler en tant que praticienne à temps complet, je l'envisage d'ici deux ans.

 

Comment définissez vous votre parcours de formation ?

Pas mal de personnes me sollicitent sur mon parcours. Certes, c'est beaucoup de travail, ce n'est pas tous les jours facile et il y a de sérieux coups durs ! Mais je pense que quand on fait ce métier, c'est le cœur plus que les mains qui parle.


Ou peut-on recevoir vos massages ?

à Champagney (70) en France, mon site est www.latelierbienetre70.fr

Quel est votre but ?

J’aimerais pouvoir proposer mes services pour pouvoir permettre aux personnes de s’accorder du temps, ce qui me paraît essentiel. Aider à se sentir mieux dans son corps et dans sa tête le temps d’un petit moment de douceur. Permettre aux personnes d’être dans une bulle agréable et rien qu’a elles le temps d’un massage. Se relaxer, se recentrer sur elles, avoir une nouvelle énergie positive. 


Mon parcours professionnel mon métier actuel sont je pense un plus pour mon nouveau projet professionnel tout est en lien puique mon but principal est de vouloir procurer du bien-être et une dose de bonheur dans la vie de mes futurs clients. 

 

J’aimerais que mon institut soit a mon image je suis quelqu’un de simple, je suis douce, naturelle, spontanée et passionnée. 

Caroline

Quel est votre parcours ?

Mon parcours dans le domaine de la santé et du bien-être a commencé en 2013, par une formation en réflexologie plantaire qui fut un point de départ pour moi. C’était une première approche du toucher qui m’a rappelé mon plaisir de recevoir des massages et faire des « mini massages » de 10 minutes à ma famille. Mais, je ne m’étais jamais donnée l’occasion de suivre des formations dans ce domaine et quant à l’idée d’en faire mon métier, cela me paraissait surréaliste à l’époque.


Après la réflexologie plantaire, je me suis offerte l’opportunité de me former dans le massage, à l’école Wellness de Liège, et ça a été une réel REVELATION ! J’ai compris qu’on pouvait apporter du bien-être et une détente profonde aux gens et que je venais de trouver ma voie dans la VIE. Un bonus, qui n’est pas des moindre aussi était et est de voir tous mes clients (cobaye au début de mon apprentissage) partir avec un sourire, c’est la plus grande de mes satisfactions.

Vous êtes ensuite devenue indépendante ?

J’ai enchainé par plusieurs autres massages pour me perfectionner dans la pratique et pour pouvoir offrir à mes clients un massage adapté et personnalisé. Je me suis lancée en indépendante à titre complémentaire durant 3 ans et cela fait maintenant 2 ans que je suis passée indépendante à temps complet. La naissance de ma première fille m’a aidée à prendre ce choix, afin de vivre entourée d’une magnifique Energie et de me recentrer sur ce qui me tenais réellement à cœur.


Comment vivez vous le confinement, que faites-vous pendant cette interruption ?

Je viens de terminer ma formation massage balinais, pour apporter une notion plus « thérapeutique » dans ma pratique et toujours avec ce souci d’avoir un massage personnalisé pour chacun. Je termine également une spécialisation dans les massages indiens et je suis en train d’aménager une deuxième pièce pour réaliser les massages indiens et les massages duo à mon domicile.


Quel est votre objectif à long terme?

Nous souhaiterions ouvrir, avec mon mari, un centre de cure chez nous (massage, yoga, méditation et alimentation) pour permettre à chacun de s’offrir un peu de calme et de ressourcement.


Comment pourriez-vous définir votre apprentissage ?

Je tiens à remercier l’école du Wellness pour la qualité et le professionnalisme de ces formations et formateurs. L’école est très réactive, lorsqu’on demande un renseignement ou un conseil la réponse vient le jour même où le lendemain et elles sont très complètes. Je tiens particulièrement à remercier ma formatrice pour sa disponibilité et son accompagnement de qualité.

C’est donc avec grand plaisir, que je reviendrais vers l'école pour étoffer ma carte de massages.


Ou peut-on recevoir vos massages ?

à Gomery près de Virton, et à Arlon, mon site est www.eveilenergie.be

Fabienne


Quel est votre parcours ?

Le 1er avril 2018 j’ai eu le grand bonheur d’ouvrir mon cabinet de massage « Tiny cocon » près du vieux pont à Huy. La formation suivie à l’école de wellness l’année précédente était tout d’abord motivée simplement par l’envie d’ajouter à ma vie une activité agréable, à côté de mon métier plus intellectuel. Mais pendant l’apprentissage, J’ai découvert bien plus : cette pratique me convenait parfaitement ! Elle me ramenait à mes premiers souhaits en terme de profession à la sortie de mes études secondaires. Je voulais être kiné 

ou prof de gym… Mais à ce moment-là je n’ai pas eu le courage d’aller au bout de mes études.


Quelles sont vos priorités ?

La priorité qui est la mienne dans la pratique du métier de masseuse, c’est d’accueillir les personnes, hommes et femmes, avec beaucoup d’empathie, de bienveillance, d’attention, de respect. Et allier ce souci constant de procurer bien-être et confiance, avec une pratique très professionnelle du massage et de ses principes.


Quel est votre bilan après 2 années en tant qu'indépendante ?

Après 2 années de pratique, le bilan est très positif! Les quelques inquiétudes du départ : « Ne vais-je pas être déstabilisée par des demandes « spéciales », non conforme à ce que je propose ? ; La comptabilité de ma petite entreprise ne sera-t-elle pas trop compliquée ?; Ai-je suffisamment d’assurance en moi pour assumer tout ce relationnel ? » se sont révélées infondées. J’assure et en suis fière 😊 J’ai la chance d’avoir des retours très positifs de la part de ma clientèle, fidèle ou ponctuelle. Je ne fais pas beaucoup de publicité, préférant m’en remettre au bouche à oreille, bien plus significatif et bien moins chronophage… Et ça marche!


Comment vivez-vous cette période de confinement ?

La fermeture de mon centre depuis le 16 mars à cause de l’actualité « Covid 19 », à l’instar d’une majorité de mes collègues indépendants, n’est évidemment pas une réjouissance.


Mais je l’ai abordée avec positivisme : c’est l’opportunité de récupérer du temps pour moi et ma famille, de continuer à me former, et de renforcer la réflexion sur le sens de tout cela…


Ce monde n’est pas que matériel, je suis convaincue de l’existence de l’âme, de l’importance de la résilience, de l’autonomie et de la solidarité. J’intègre cette réflexion à ma façon de pratiquer le massage.


Qu'allez-vous proposer de plus après le confinement ?

Je souhaite compléter mon offre avec une technique adaptée aux personnes en dépression ou en burn out, je me suis dès lors inscrite à cette formation à l’école de wellness et « utilise » mon mari comme cobaye en cette période de confinement (il n’est pas contre 😉). Je l’ajouterai à ma carte dès qu’elle sera au point afin de vous en faire profiter…


Qu'avez vous envie de dire à vos clients ?

Au plaisir de vous retrouver dès qu’il sera permis de réouvrir, avec toutes les mesures d’hygiène et de désinfection que je pratiquais déjà, mais qui seront encore renforcées, pour notre sécurité à tous…


Ou peut-on recevoir vos massages ?

à HUY, Quai Dautrebande 6. Mon site est www.tiny-cocon.be

Elisabeth


Comment êtes vous arrivée au massage ?

Voilà 10 ans que je suis professeur de religion et d’EDM dans le secondaire inférieur. J’adore être au contact des jeunes et leur transmettre mon « savoir ».

Il y a 5 ans, étant dans une phase difficile de ma vie, j’ai rencontré une personne qui m’a initiée au Reiki. J’ai suivi différentes formations dans ce domaine (Chakras, la gestion des émotions, 1er degré Reiki,…). Cette philosophie m’a permis de rééquilibrer mes énergies et mes chakras. Cela est très important pour un bien-être tant physique que psychique.


Je fais aussi de la méditation, seule ou dans mes classes, auprès de mes élèves. Ceux-ci accrochent d’ailleurs très bien.  L’espace d’un instant, ils relâchent leurs tensions.

Toujours dans cette optique du bien-être, j’ai voulu me lancer dans les massages. Depuis mon plus jeune âge, j’adore « masser, toucher » les personnes. J’ai entendu parler de l’école et je me suis donc lancée en 2018. Ce que j’aime dans cette école, c’est entre autres, la diversité des soins qu’elle propose. Voilà une des raisons pour laquelle j’ai privilégié l’apprentissage par module.


Toujours dans cette optique du bien-être, j’ai voulu me lancer dans les massages. Depuis mon plus jeune âge, j’adore « masser, toucher » les personnes. J’ai entendu parler de l’école et je me suis donc lancée en 2018. Ce que j’aime dans cette école, c’est entre autres, la diversité des soins qu’elle propose. Voilà une des raisons pour laquelle j’ai privilégié l’apprentissage par module.


Claude-Alain


Quel est votre parcours ?

En 1997, j’ai découvert le Reiki, une méthode de soin énergétique Japonaise. Je trouvais cette philosophie très intéressante. Etant de nature quelqu’un d’assez nerveux et anxieux, cette méthode me procurait une détente physique et psychique. J’ai fait mes premiers pas dans ce domaine sur mes proches. J’ai continué à donner des soins durant des années, puis j’ai accompagné ma grand maman en phase terminale de cancer en lui faisant quelques séances. C’était une expérience assez difficile mais magnifique lorsque je la voyais 


Quels sont les massages que vous proposez ?


Je propose des soins variés : Californien, ventouses, bougies et lomi-lomi, dos-nuque. Adorant découvrir de nouvelles techniques et voulant enrichir mes services, je suis en train d’apprendre le massage égyptien.


Quel est votre objectif ?

Devenir indépendante complémentaire. Je compte donc bien me perfectionner encore afin de proposer un certain choix de massages pour mes clients. J’aimerais que chacun puisse trouver celui qui lui convient le mieux en fonction de ses besoins et envies.


Une phrase que vous aimez ?

« N’oubliez pas de prendre soin de la personne avec laquelle vous allez passer le plus de temps dans votre vie : Vous ! »  Cette citation illustre tellement la valeur que j’accorde à l’idée de prendre du temps pour soi… Chose pas toujours facile pour certaines personnes et pourtant au combien importante.


Comment vivez vous le confinement?

J’avoue que je le vis positivement. Ce dernier m’a permis de me recentrer sur moi-même et ma famille. J’en profite également pour personnaliser les massages déjà appris sur mon conjoint qui ne s’en plaint pas. 

J’en ai également profité pour arranger ma pièce afin qu’elle soit encore plus confortable et chaleureuse. Tout cela dans un seul et unique but : le bien-être de mes clients.


D'ou vient le nom de votre activité ?

Le nom Shaku c'est en fait le prénom d'une éléphante dont nous nous sommes occupées avec mon amie lors de notre voyage en Inde

sourire et se détendre. Ces dernières années j’ai pu aider ma fille qui est très anxieuse et mes proches lorsqu’ils en ont besoin. J’ai décidé d’approfondir mes connaissances du Reiki et apprendre de nouvelles techniques en poursuivant ma formation jusqu’à la maîtrise et l’enseignement actuellement.  Ce sera l’aboutissement de mon cheminement dans cette discipline. Je souhaitais disposer de ce bagage supplémentaire afin d’apporter à mes patients le bien-être qu’ils sont en droit d’attendre de moi et de pouvoir le transmettre aux autres en donnant des cours.


Comment avez-vous mis en pratique mes connaissances ?

j’ai proposé mes services dans un EMS en tant que bénévole. J’ai trouvé cette expérience enrichissante et très valorisante.  J’ai travaillé jusqu’à début 2017 dans cet établissement quelques heures par mois en tant que thérapeute indépendant depuis quelques années.


Pensez-vous que vous êtiez destiné à apporté du bien-être aux autres depuis toujours ?

En été 2014, après une longue période compliquée et surchargée de ma vie, j’ai vécu l’enfer du burnout. J’ai été obligé de m’arrêter, de me remettre en question pour ensuite me repositionner sur la suite. Cela a été le déclencheur pour ma nouvelle vie. Je ne l’ai pas pris comme un échec mais au contraire cela m’a rendu plus fort. J’ai changé complétement ma vision des choses, ma philosophie. Comme si la vie m’avait offert une 2ème chance. Durant cette période, j’ai appris à rester clame, à prendre du temps et soin de moi, puis j’ai sérieusement commencé mon développement personnel.

 

Avez-vous eu envie de vous former à d'autres méthodes ensuite ?

Etant passionné par le paramédical et les soins naturels, j’ai découvert d’autres méthodes qui m’ont permis d’évoluer et de m’ouvrir à d’autres techniques. Des idées commençaient à naître dans ma tête.

J’ai ensuite entrepris une formation complète de massage classique professionnel afin d’apporter de la diversité à mes clients et que tout monde puisse trouver le massage qui lui convient.

Pour compléter mes connaissances en soins énergétiques et voir d’autres approches, j’ai suivi des formations une formation de guidance, de magnétisme.

J’ai également suivi des cours de médiumnité afin de développer mon intuition.

Etant faiseur de secret et guérisseur d’âme et de corps, je m’intéresse de plus en plus à la guérison. J’ai donc suivi un cours de guérison en 2016 afin de découvrir encore une approche supplémentaire.

Je viens de terminer ma formation d’hypnothérapeute à fin mars 2019. Un outil supplémentaire qui me permettra de travailler sur les problèmes enfouis dans l’inconscient.

 

Suivez-vous toujours d'autres formations ?

Je suis actuellement en formation en anatomie, physiologie et pathologies formation qui devait prendre fin au mois de juin mais qui vu la situation actuelle est repoussée à août. Ceci me permettra d’améliorer mes connaissances théoriques et va m’ouvrir de nouvelles formations par la suite et de plus certains de mes soins seront pris en charge par les assurances complémentaires.

 

Quelle est votre façon de fonctionner ?

Une personne préférera peut-être la douceur d’un soin énergétique alors qu’une autre aura besoin de sentir les bienfaits d’un massage et avec l’hypnose en complément je peux également apporter un plus en touchant la partie inconsciente. Ce qui m’importe c’est d’apporter le bien-être aux gens et en ayant une large palette je peux amener des soins beaucoup plus personnalisés.

 

J’ai investi plus de 600 heures à me former, sans compter le nombre d’heures à aider des membres de ma famille et des amis afin de m’améliorer et de pouvoir offrir un service de qualité. Jai trouvé un domaine qui me passionne et je vais continuellement me former afin de proposer de nouveaux soins. C’est pour ça également que je suis également des cours dans l’école Wellness de Liège afin d’apporter de la diversité et de l’originalité à mes soins et acquérir de nouveaux mouvements et de nouvelles techniques.

 

Pratiquez-vous en tant qu'indépendant ?

J’ai ouvert mon cabinet l’îlot de détente en février 2014. Je suis thérapeute indépendant et je reçois tous les jeudis et vendredis. Et je travaille à 60 % dans l’informatique mon activité principale. Je dispose de nombreux outils pour aider et accompagner mes clients, j'ai souvent l’outil ou la technique qui vous convient va trouver celui qui vous convient.

 

Comment vivez-vous le confinement ?

J’ai pu rependre mon activité principale à 100 % mais en parallèle je continue à me former et peaufiner mes soins et découvrir de nouveaux gestes pour amener de la diversité à mes clients. Je souhaite que chaque massage soit différent et unique pour la personne.  Donc je ne vois pas ce confinement comme quelque-chose de négatif. J’ai plus de temps à disposition pour m’entrainer et cela permet aussi la réflexion et voir un peu ce qui est peut être changé ou amélioré pour le futur.

 

Quels sont vos projets pour le futur ?

Je souhaite terminer ma formation d’anatomie, pathologie, physiologie et pharmacologie qui est ma priorité actuellement mais en pause vu la situation. Et bien entendu je vais continuellement me former, il y a des techniques qui m’attirent pour le futur et peut-être plus pour des situations spécifiques comme le massage pour les personnes en burnout étant donné que cette situation m’a touché un moment donné ça me tient à cœur de pouvoir aider les gens qui passent par cette phase de vie. Et bien d’autres outils m’intéressent mais il faut y aller étape par étape.


Henriette

Comment avez-vous choisi votre orientation professionnelle ?

Ma vie a été rythmée par différents choix dans mon parcours professionnel qui m’ont finalement amenée à ce que je suis aujourd’hui. Le point de départ de ce changement est la naissance de ma deuxième fille, avec qui j’avais rencontré quelques difficultés durant les deux premières années de sa vie, cela m’a amenée à découvrir d’autres façons de soigner, différentes de la médecine occidentale, et ces 16 dernières années, je n’ai cessé d’évoluer. Tout cela allait tout doucement préparer le terreau dans lequel allait s’opérer le deuxième changement.


Ou peut-on recevoir vos soins ?

En Suisse, en Valais à Bramois. J'ai un site internet qui permet de prendre les rendez-vous en ligne https://ilot-de-detente.ch

Honorer ses rêves et suivre son cœur

Quelle était votre envie, pourquoi vous tourner vers cette profession ?

Comment puis-je faire pour aider les autres ? cette question me taraudait sans cesse, et les choses sont venues à moi tout naturellement, il fallait juste être attentive aux signes. Ceux qui m’ont amenée à l’école du wellness, vers ma formatrice.


Comment avez-vous sélectionné les massages que vous pratiquez ?

J’ai suivi une formation complète, qui regroupait 12 massages.


Quel a été votre parcours d’apprentissage ?

Au début mes gestes étaient assez malhabiles, mais ensuite ils sont devenus de plus en plus naturels et au fur et à mesure, j’y ai insufflé une dimension bienveillante, englobante, de pleine conscience. A la fin du cursus les choses se sont installées tout naturellement et cela allaient tracer le chemin qui se présenterait à moi. Je passais d’un temps plein à un 20 heures semaine, pour me lancer en indépendante complémentaire.


Évoluez au fil du temps en ajoutant d’autres massages à votre carte ?

Il y a quelques mois j’ai complété ma maîtrise du massage par une formation massage & fibromyalgie ainsi qu’une initiation aux 3 niveaux de reiki.


Comment vivez-vous le confinement ?

Après un début compliqué, j’ai décidé d’abord de régler ce qui restait en suspens, toutes ces petites choses qu’on n’a jamais le temps de faire. Ensuite j’ai réfléchi à mon activité professionnelle, à ce que je pouvais améliorer, ou changer ou même supprimer.

Avec le confinement je me rends compte à quel point le massage me manque et lorsque je reprendrais mes activités c’est comme si j’allais retrouver avec joie un vieil ami parti en voyage quelques temps.


Que pensez-vous lorsque vous regardez en arrière et retracez le parcours de votre reconversion ?

Je ne regrette pas mon choix, ce changement professionnel m’a forgée et chaque jour je sens le changement en moi.


Ou proposez vous vos massages ?

J’ai aménagé un espace avec beaucoup d’amour, à Saintes, près de Tubize.

J’ai développé, un site internet, en collaboration avec un professionnel qui a mis tout en oeuvre (je lui ai fourni tous les supports), je savais comment je le voulais esthétiquement.

Mind of wellness était né, je suis maintenant indépendante depuis un peu plus d'un an et demi, mon site est www.mindofwellness.be 

Et vous ? Comment vivez vous cette période ?